L’acronyme LU est bien connu des Français et surtout des Nantais. Et pour cause, la maison Lefèvre-Utile y fabrique ses biscuits depuis 1886 ! Esthète, visionnaire et marqueteur avant l’heure, Lefèvre-Utile considère que « pour susciter la gourmandise, il faut séduire l’œil ! ». C’est peut-être là la raison d’être de la fameuse Tour LU présentée à l’exposition de Paris en 1905. Cette dernière est reconstruite à Nantes, à une heure de Rennes, en 1998 avec à l’intérieur, une machine un peu particulière nommée « Gyrorama ».  

L’histoire des Tours LU

À l’origine, les anciennes usines LU émergent en 1886 vierges de toute tour. Il faut attendre 1909 et le concours de l’architecte Auguste Bluyssen pour voir apparaitre deux tours lumineuses sur le pont qui mène à l’usine. Elles s’imposent pendant plusieurs décennies comme partie intégrante du patrimoine nantais pour finalement disparaitre au début des années 90. Mais en 1998, Jean-Marie Lépinay reconstruit à l’identique une des tours haute de 38 mètres. Et dans une association avec l’entreprise Métalobil, imagine d’y installer un système mécanique. Celui-ci aurait pour but d’amuser les visiteurs et de leur permettre de mieux apprécier les environs !

Le Gyrorama.

Cette machine permet aux curieux qui s’aventurent dans la Tour LU d’avoir une vision à 360° sur la ville. Sorte de belvédère mécanique actionnable à l’aide d’un volant, il permet ainsi de choisir une vue panoramique sur la ville. C’est incontestablement un endroit insolite à découvrir dans la région. Et on doit cette création à l’entreprise Métalobil qui cherche à proposer des créations toujours plus singulières et esthétiques. Vous y trouverez également une vidéo qui retrace l’histoire industrielle du site.